Ma première fois dans un container... (partie 2)

April 23, 2018

 

Un fantasme qui prend vie

 

Nous sommes enfin face à ce monstre fait d’acier, mais PUTU me fait signe d’attendre. Des éclats de rire s’échappent de la réserve. Tout le staff est prêt. En même temps, 40 pieds de long, 67 m3 à charger, à deux, c’est du suicide. PUTU et ses 5 acolytes installent un ventilateur pour brasser la fournaise et des projecteurs dévoilent le fond de la bête obscure.

 

Un voyage périlleux 

 

Eparpillé autour de nous, tout est déjà emballé pour le transport maritime. Je devine certaines pièces à la forme de l’emballage. Les pièces les plus fragiles, statues, tête de bouddhas, amphores et autres sont visibles à travers les caisses bois construites sur mesure. Nous n’avons pas idée mais durant les 13 000km de traversée, ce qui paraît être un coffre fort indestructible, sera ballotté comme une bouteille à la mer. Tout doit être absolument calé et protégé sous peine d’être brisé ou écrasé.

 

13h20 : un choix crucial à faire

 

Actuellement personne ne peut certifier que toute la marchandise va rentrer. Des centaines de produits, tous différents de par leurs formes, poids et volume. Je dois donc décider seul de ce que je souhaite charger en dernier. Si le container est plein, ce n’est pas mon petit sac à dos qui pourra m’aider à transporter le reste. Chaque produit est issu d’une commande spéciale auprès de 70 artisans différents. Comme le veut la règle, ils ont été payés, dès la réception, du fruit de leur travail. Aucun retour possible. Je croise les doigts tout en m’infligeant quelques nœuds au cerveau.

 

15h45 : place au doute

 

PUTU, responsable de ce qu’on nomme le CARGO, dirige les opérations. Je dois me reposer sur son expérience et lâcher prise. Tel un orchestre bien rodé, la moitié du conteneur a été rempli et pas un espace n’est inexploité. A vue d’œil, tout ne rentrera pas. PUTU est également sceptique, il demande à ses compagnons de déballer de nombreux cartons pour répartir leur contenu.

 

16h40 : dans l’attente du verdict

 

Laisser ici de la marchandise en quantité mettrait en péril la réussite de notre projet. Mes doutes s’intensifient et mon impuissance me fait trembler. Je monte à l’intérieur. Il reste encore moins de place vu d’ici. Nous connaissions ce risque mais ne l’imaginions pas vraiment. La sueur inonde mon visage comme jamais.

 

17h30 : Ce qui doit arriver arrivera

 

La maîtrise de PUTU permet un emboîtement si méticuleux que j’assiste à un miracle. Il reste encore du volume au sol, mais le pouce en l’air brandit par le chef d’orchestre confirme que nous ne laisserons rien. C’est avec un bonheur total que je saute partout, tel un enfant devant un sapin de Noël. Fumigation, pose du scellé et remise des documents s’enchaînent rapidement. Maintenant il faut faire vite, le chauffeur attend et nous presse. Il doit emmener la boîte au trésor au port d’embarquement…Je la vois s’éloigner. A dans 6 semaines. Je me projette déjà à son ouverture, mais ça, c’est une autre histoire.

 

Bref, c’était ma première fois dans un container.

 

Abonnez vous à notre carnet de voyage pour connaître la suite des aventures du COMPTOIR DES EXPLORATEURS.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

On parle de nous !

September 10, 2018

1/7
Please reload

Posts Récents

September 10, 2018

Please reload

Archives